Les limaces, ces mollusques que les jardiniers détestent…

Avant de partir en croisade ou de vouloir les éradiquer du jardin. Essayons d’abord de les connaitre un peu mieux.
Les limaces sont des gastéropodes terrestres. Elles peuvent être de couleur orange, rouge, brune, noire, grise, tachetées, tigrées… Elles aiment l’humidité, la fraîcheur et sortent principalement la nuit ou par temps frais et humide. Le meilleur moment pour les observer est la tombée de la nuit au printemps.
Même si leurs préférences gastronomiques ce dirigent plus vers les champignons et les végétaux juste mort, malades ou stressés comme par exemple des belles salades fraichement transplantées. Elles peuvent aussi manger les mousses, les lichens, les algues, des animaux vivants comme des vers, mais aussi des cadavres comme par exemple leurs congénères.
Accouplement de limaces
Elles sont particulièrement actives et peuvent se reproduire deux fois l’année, au printemps et en automne.
Leurs prédateurs sont entre autres, les hérissons, les taupes, les grenouilles, les crapauds, les coléoptères, les carabes, mais aussi certains oiseaux comme les poules ou même encore d’autres limaces.
Dans la nature elles jouent un rôle important dans le traitement de la matière morte. Juste morte, flétrie ou attaquée par des pathogènes. Elles aident ainsi à diminuer la prolifération de pathogènes comme certaine maladies ou de mauvais champignons. En se déplaçant, elles ensemencent le sol des spores qu’elles ont ingéré, mais pas digéré. Pour finir, leurs excréments enrichi le sol et nourri les vers de terre.
Même s’il faut prendre conscience qu’avec les derniers hivers doux et humides que nous connaissons et la diminution de leurs prédateurs naturels, nous sommes confrontés à une augmentation de leurs nombres. Généralement on peut compter environs 5 à 8 limaces/m², mais ces dernières années nous sommes plus proche de 30 limaces/m²!
La ponte des œufs
 
Lorsque nous avons pris connaissance de cela, nous pouvons enfin essayer de mettre en place des solutions pour pouvoir cultiver sans trop être dérangé par ces petits mollusques gluants.
La première chose à prendre en compte est qu’il n’y a pas de solution miracle mais plusieurs solutions à mettre en place pour réguler et jardiner avec les limaces.
En voici quelques-unes :
  • Laisser des endroits sauvages sur le pourtour du jardin pour leur proposer un bon garde-manger
  • Inviter leurs prédateurs naturels en installant une mare, des tas de feuilles, des tas de branches, etc
  • Installer un poulailler pour laisser des poules ou des canards courir. Ceci pour nettoyer les parcelles lorsqu’elles ne sont pas ou plus cultivées,
  • Installer des barrières physiques comme du sable, des œufs, de la cendre ou même du cuivre en fil ou en ruban. Ceci ce prête très bien pour les petites surfaces comme les bacs potagers ,
  • Créer des allées en matière sèche comme du brf ou paille de lin pour rendre leur déplacements plus difficile,
  • Installer des barrières olfactives comme le purin de rhubarbe [1] ou en plantant des plantes qu’elles n’aiment pas trop comme la bourrache, la capucine, l’Achillée millefeuille, l’absinthe, le thym, le romarin, la lavande, etc
  • Planter des plantes qui les attirent en périphérie du jardin comme la moutarde, les laitues, les choux, les tagètes, etc
  • Préférer les transplants aux semis,
  • Utiliser des cloches de maraîcher pour protéger vos transplants, très utiles pour le courges,
  • Diminuer la surface d’évaporation des plants avant de les transplanter. Ex: couper 1/3 des feuilles de salades avant transplantation,
  • Disposer le paillage sur vos cultures à partir du mois de juillet lorsque l’invasion du printemps diminue et que le sol c’est réchauffé. Cela vous évitera de leur proposer un lit douillet juste à coté de vos plantations,
  • Arroser le matin plutôt que le soir pour ne pas leur faciliter la vie, par exemple en utilisant des purins ou du thé de compost pour fortifier la résistance des plantes [2] [3] [4]
  • Les soirées de printemps, juste après les transplantations et les semis, faite un tour du potager pour les récolter et éviter qu’elles ne s’attaquent aux jeunes plantules ou plants tout juste transplantés.
Pour résumer, plus vous mettrez en place des solutions diversifiées, plus vous serez tranquille et pourrez jardiner sereinement.
J’utilise toutes ces techniques personnellement avec beaucoup de satisfaction et cela, sans utiliser de produit chimique comme les “fameux” granulés bleus. Oui, oui vous pouvez vous en passer 😉
 
Jango Potager